Les 5 piliers de la Parentalité Positive
Parentalité positive

Les 5 piliers de la Parentalité Positive, selon le Conseil de l’Europe

Mais finalement c’est quoi la Parentalité Positive ? En vivant avec ma fiancée et son fils Clarence, j’ai découvert une éducation moins stricte, plus respectueuse et qui fonctionne beaucoup mieux. J’ai l’impression de participer à son réel épanouissement. Puis j’ai vu que ça portait un nom : la Parentalité Positive ! Mais en fait c’est quoi exactement ? C’est ce qu’on va voir ici.

Les 5 piliers de la Parentalité Positive
Les 5 piliers de la Parentalité Positive selon le Conseil de l’Europe

Avant il y avait l’autoritarisme, ça fonctionnait mais seulement sur le court-terme. L’enfant obéit par peur et n’a qu’une idée en tête : réparer cette injustice ! Puis il y a l’éducation laxiste qui mène souvent à des enfants-rois qui ne respectent plus rien et qui pensent que tout leur est dû… ! Là on a deux cas de figure qui ne font clairement pas rêver. Et entre les deux, il y a la Parentalité Positive : une éducation ferme et bienveillante comme dit Jane Nelsen.

Pour lire le résumé de la Discipline de Jane Nelsen, cliquez ici !

Les 5 piliers de la Parentalité Positive

C’est principalement grâce aux avancées en neurosciences qu’on comprend mieux ce qui se passe dans le cerveau des enfants et qu’on peut leur proposer une éducation adaptée. La Parentalité Positive est même encouragée par le Conseil de l’Europe (brochure disponible en cliquant ici) qui la définit selon les critères suivants :

  1. Une éducation affective : la Parentalité Positive cherche à répondre aux différents besoins de nos enfants, besoins d’amour, d’affection et de sécurité.
  2. Des structures et des orientations : de bonnes règles de vie sont fondamentales et sécurisantes pour un enfant.
  3. Une reconnaissance : en les écoutant vraiment, on les considère comme des personnes à part entière.
  4. Un développement de l’autonomie : le but est de les accompagner pour qu’ils deviennent des adultes capables et de favoriser leur indépendance.
  5. Une éducation non violente : dans la Parentalité Positive, les châtiments corporels ou humiliations psychologiques sont proscrits.

L’accès aux différentes publications du Conseil de l’Europe est disponible ici.

1. Une éducation affective

L’idée est surtout de répondre aux besoins fondamentaux de l’enfant. Cela peut être des besoins affectifs, des besoins physiologiques ou sociaux.

Retrouvez le TOP 10 des besoins fondamentaux de nos enfants dans cet article.

En étant plus attentif à leurs besoins, on se rend vite compte que leurs colères n’en sont que l’expression. En se demandant ce qui manque à notre enfant plutôt que de se dire qu’il nous cherche, on arrive plus rapidement à l’entente dans la famille.

De même, ce n’est pas forcément “un caprice”, mais juste un manque à combler qu’on n’a pas encore bien cerné.

2. Des structures et des orientations

Souvent en Parentalité Positive, on applique des routines pour le bon déroulement de la journée à la maison. Le fait de les mettre en place avec nos enfants et de les afficher leur permet de les respecter plus facilement. Pour le soir par exemple, vous pouvez afficher un programme :

19h30 : brossage de dents.
19h45 : pyjama.
20h00 : l’histoire.
20h15 : au lit 🙂

J’avais parlé récemment de comment mettre en place des règles de la maison efficaces.

Heureux avec la Parentalité Positive
Heureux avec la Parentalité Positive

3. Une reconnaissance des enfants

La communication bienveillante permet de se sentir mieux. C’est un pilier essentiel de la Parentalité Positive. On peut facilement booster leur estime de soi, indispensable à leur équilibre. Tout commence par notre langage.
Exemple : au lieu de lui dire « Tu as encore raté ! » vous pouvez essayer “C’est bien tu as essayé, c’est courageux.”

4. Un développement de l’autonomie

L’enfant n’est pas un mini-adulte mais il est plein de ressources. Pour se développer, la Parentalité Positive préconise de le laisser faire. Laissez-le expérimenter et apprendre par lui-même. C’est en tombant qu’on apprendre à marcher.

De même, ne vous pressez pas pour répondre à ses questions ou lui venir en aide s’il n’y a pas de danger imminent.
Exemple : s’il vous demande comment fonctionne son nouveau jouet, laissez essayer d’abord « Je te laisse deviner, mais je reste à côté si tu as vraiment besoin d’aide ».

5. Une éducation non violente

C’est le pilier le plus important de la Parentalité Positive pour moi. Comme disait le Dr Haïm Ginott, c’est bien de voir qu’un enfant est poli et sage, mais le plus important est de savoir comment il en est arrivé là.

La Parentalité Positive fournit donc des outils pour fonctionner en famille sans violence, sans punitions et sans mots blessants. J’y reviendrai dans un futur article.

L’idée est de résoudre les problèmes ensemble, sans accuser. On parle avant tout de ce que ressent l’enfant et du ressenti de l’adulte puis on discute des solutions acceptables ensemble.

La Parentalité Positive : une éducation ferme et bienveillante.

Ce qu’il faut retenir

En résumé, la Parentalité Positive permet d’avoir des enfants qui réussissent mieux. Ils sont plus heureux quand les parents :

  • sont affectueux et encourageants.
  • passent des moments privilégiés avec eux.
  • cherchent à comprendre leur comportement et leurs expériences.
  • leur expliquent les règles à suivre.
  • les complimentent lorsqu’ils se comportent bien.

Il est naturel d’aimer quand on a vécu dans une famille heureuse et aimante. Dans le cas contraire, rien n’empêche d’adopter la Parentalité Positive, bien au contraire.

En complément, vous êtes libre de recevoir dès maintenant un ebook offert “Le guide du parent Zen : les 5 astuces pour rester calme”. En vous inscrivant à la newsletter vous serez également prévenu des nouveaux articles et des dernières astuces pour garder une famille sereine et positive.

De plus, si vous souhaitez booster leur estime de soi, vous trouverez 30 exemples de phrases ici.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   

1 réflexion au sujet de “Les 5 piliers de la Parentalité Positive, selon le Conseil de l’Europe”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *