Namatata : 5 points à méditer sur la parentalité positive
Parentalité positive

Namatata : 5 points à méditer sur la parentalité positive

Sur ce blog je parle de parentalité positive mais j’aime aussi parler de méditation de temps en temps. Le but est de vous aider à rester zen et la méditation est une des clefs possibles. Vous avez déjà entendu parler de la méditation pleine conscience ? Elle permet d’être plus attentif à ce qui nous entoure, nous arrive, notre météo intérieure et extérieure. Et pour ça, il y a une application : Namatata. Mais au lieu de vous en parler, j’ai envie de vous partager directement 5 points à méditer sur la parentalité positive.

J’avais déjà parlé de méditation pour enfants. Moi-même j’ai essayé la méditation (pleine conscience) par curiosité à travers une superbe application qui s’appelle Namatata. Il suffit de 10 minutes par jour (en général c’est le matin que je trouve ça le plus efficace). Même si je ne mérite pas tous les jours, depuis que je pratique j’ai le cerveau qui se concentre beaucoup plus facilement et j’arrive mieux à me détacher de mes pensées. Si ça vous intéresse, j’en parlerais plus en détail dans un autre article. Aujourd’hui je vous parle de Namatata donc, pourquoi? Tout simplement parce qu’il comprend un programme de méditation sur la parentalité positive. J’ai testé pour vous et voici 5 points à retenir.

Cover - 5 points à méditer sur la parentalité positive

Pourquoi la méditation et la parentalité positive ensemble ?

  • Le stress es de plus en plus présent dans nos vie. À petite dose c’est un bon stimulant, mais en excès, attention aux dégâts. La méditation permet de canaliser tout cela.

    Voici un schéma de la loi de Yerkes et Dodson :

Loi de Yerkes et Dodson (Source : The Conversation)

  • De nombreuses études montre que la méditation pleine conscience permet  d’améliorer le fonctionnement du cerveau. Au point que cela se développe dans les entreprises. Il n’y a donc pas de mal à prendre soin de nous.

1. Ne pas avoir de jugement de valeur sur soi-même

En tant que parents (ou beaux-parents), qu’on s’occupe d’un enfant, on essaye forcément de faire de notre mieux. Parfois on se demande si on fait bien ou non. Mais ne soyez pas trop dur avec vous-même. On a tendance à penser qu’on ne fait pas assez bien, qu’on peut faire mieux. Ce type de jugement peut faire très mal à votre propre estime.

Exemple : vous avez l’impression de ne pas passer assez de temps avec votre enfant. Vous vous en voulez. Et bien bonne nouvelle, rien que le fait de penser à ça, montre que vous êtes sur la bonne voie. Ne passez pas donc pas votre temps à vous juger.

2. On ne peut pas être parfait avec ses enfants, comme dans toutes relations.

Il y a trop de pression de nos jours je trouve. Les parents ont tendance à facilement juger les autres parents. On nous parle de plus en plus de parentalité positive, de bienveillance. J’en parle également, mais n’oublions pas que le but est de faire de notre mieux. Jamais (oui jamais…) vous ne serez parfait dans votre éducation et il y aura toujours des hauts et des bas dans vos relations, avec vos enfants entre autres.

Exemple : quand ça se passe mal, et que vous avez craqué, vous avez crié sur votre enfant. Est-ce grave ? Est-ce que ça veut dire que vous êtes un mauvais parent ? Vous êtres un humain avant tout, il y a des hauts et des bas.

L’important c’est de faire de son mieux et d’essayer de réparer ce qu’on pense avoir mal fait. C’est comme pour nos enfants finalement. Ils vont faire des erreurs, faut-il les gronder pour autant ? Ou faut-il simplement leur donner l’opportunité de réparer les choses ?

Vous n’êtes pas parfaites, mais vous faites pleins de belles choses. Concentrez-vous sur le positif plutôt que sur ce qui ne va pas.

3. Identifier ses propres besoins

Avant de vouloir s’occuper de son enfant, c’est important de s’occuper de soi. Vous connaissez avez déjà pris l’avion ? En cas d’urgence, on nous demande de mettre notre masque à oxygène AVANT de pouvoir aider nos enfants à mettre le leur. Quand on y pense, c’est logique. Application simple : avant de vous demander de quoi a besoin votre enfant, demandez-vous : “De quoi j’ai besoin?” Peut-être est-ce du sommeil, du calme, de l’attention. Ou du temps à vous simplement.

Ce n’est pas de l’égoïsme ou de l’égocentrisme. Il s’agit de se sentir mieux pour donner plus.

4. Attention à l’impact des mots

Les mots sont très puissants. Personnellement, j’ai encore des phrases de mon père gravées dans la tête. Des choses qu’il m’a dites alors que j’avais 10 ans. Les mots sont donc à double tranchant et a utilisé avec précaution.

Exemple : préférez-vous qu’on vous dise “Pourquoi tu fais ça ?!” ou bien “Est-ce que tu as essayé de cette manière?”. J’ai pris un exemple assez générique pour que vous puissiez imaginer une situation personnelle. Dans le premier cas, on se sent juger, on peut même avoir l’impression d’être nul de ne pas faire de la bonne manière alors que dans le second cas, on nous propose juste une piste de réflexion.

5. Montrez l’exemple.

Vous êtes le premier modèle de vos enfants. Les enfants nous imitent sans cesse. Ils voient tout et reproduisent nos moindres faits et gestes. Je vois énormément d’enfants qui aiment jouer à faire comme s’il téléphonait par exemple. S’ils voient leurs parents coller à leur portable, c’est naturel pour eux.

Exemple : si vous souhaitez que votre enfant soit ordonné, ayez vous-même une chambre rangée. De même, s’il vous voit dire bonjour systématiquement, il y a plus de chance qu’il soit poli également.

Donc, montrez-leur l’exemple et surtout, ne faites pas devant eux ce que vous leur interdisez 😉

Ce qu’il faut retenir

La méditation pleine conscience permet de mieux apprivoiser ses pensées et sa météo intérieure et extérieure.

Namatata m’a aidé à mieux appréhender la parentalité positive selon 5 points en particulier :

  1. Évitez les jugements de valeur sur vous-même (ce que je fais est mal, ou ce que je fais est bien).
  2. N’essayez pas d’être parfait.
  3. Identifiez vos besoins avant de comprendre ceux de votre enfant.
  4. Attention à l’impact de vos mots, ils sont très puissants.
  5. Vous êtes le modèle de vos enfants, montrez l’exemple et ne faites pas ce que vous n’avez pas envie qu’ils fassent.

Pinterest Meditation Parentalite Positive

Quel point vous semble le plus important ? Et quelle idée avez-vous envie de mettre en application pour améliorer votre vie de famille ?

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être tenu au courant des prochains articles et recevoir votre ebook offert «Le guide du parent Zen : les 5 astuces pour rester calme ».

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •   

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.